Cycle de visio-conférences en analyse de discours

FRIANDIS : Réseau Francophone International en Analyse de DIScours

Conçu dans une perspective transdisciplinaire et méthodologique, ce cycle de rencontres virtuelles s'adresse aux professeurs, aux chercheurs ainsi qu'aux étudiants de 3ième cycles intéressés par le spectre des études du discours.

Afin de permettre au plus grand nombre de participer aux échanges, les rencontres se déroulent par visio-conférence, simultanément dans 3 pays et chaque fois dans 4 à 6 universités de 15h à 17h heure de Paris et de 9h à 11h heure Montréal.

Responsables de chaque pôle

  • Canada
    • Université du Québec à Montréal : Élias Rizkallah
    • Université de Sherbrooke: Karine Collette
    • Université du Québec en Outaouais: Dimitri della Faille
  • France
    • Université Paris-Est Créteil : Claire Oger
    • Université de Picardie : Thierry Guilbert
  • Belgique
    • Université libre de Bruxelles: Corinne Gobin
    • Université catholique de Louvain : Philippe Hambye

Hiver-Printemps 2016

  • 17 février 2016, Louvain-La-Neuve
  • 2 mars 2016, Louvain-La-Neuve
  • 30 mars 2016, Louvain-La-Neuve
  • 13 avril 2016, Bruxelles

Présentation des séances

Séance du 17 février 2016: 15h-17h (heure de Louvain-La-Neuve)

Titre: Normes et hors-normes dans le champ de l'accompagnement

Conférencier: Marc Glady, maître de conférences, Université Paris-Dauphine, sociologie du langage, membre du comité de rédaction Langage et Société, il travaille notamment sur l'étude des pratiques langagières de l'accompagnement du retour à l'emploi.

Résumé: La sociologie des politiques publiques et des dispositifs d'accompagnement des chômeurs a largement mis l'accent sur les normes qui encadrent l'activité des conseillers- emplois et sur les diverses injonctions et prescriptions qui traversent le travail d'accompagnement. Cette activité est donc généralement envisagée sous l'angle des processus de reproduction et de domination qui pèsent sur les bénéficiaires privés d'emploi. L'organisation d'un colloque à Sherbrooke sur les discours hors-normes en 2015 a fait émerger la question de savoir si ce thème avait du sens appliqué au monde professionnel évoqué ci-dessus et aux pratiques discursives qu'il recouvre. Si l'on part des tendances normatives qui traversent ce champ sous l'effet des politiques publiques, des contraintes de gestion des organismes impliqués, de la professionnalité des acteurs, de la nature des dispositifs engagés, des formats relationnels qu'ils induisent dans le suivi des chômeurs, la question des discours hors-normes se présente d'une manière pour le moins paradoxale. Trois raisons peuvent l'expliquer. L'hétérogénéité des cadrages choisis pour construire l'analyse sociologique, la multiplicité des orientations normatives de la pratique sous l'effet d'une diversité d'orientations professionnelles, enfin l'incertitude pratique sur les normes qui s'appliquent en situation, rendent la définition du hors-normes fluctuante et son identification difficile.

Mais la réponse est positive dès lors qu'on procède à une analyse du discours qui délaisse les catégorisations en surplomb pour privilégier le repérage de formes langagières qui s'instituent dans un déport, un a contrario, ou encore la négation des discours de la formation discursive de l'accompagnement. C'est ce que la conférence explorera en analysant différentes configurations énonciatives et argumentatives relevant de ces cas de figure. Le hors-normes se confond alors avec les potentialités émancipatrices du langage.


Séance du 2 mars 2016 : 15h-17h (heure de Louvain-La-Neuve)

Titre: Ernesto Laclau : Hégémonie, Théorie discursive du politique et analyse du discours

Conférencier: Ricardo Peñafiel, Professeur associé au département de Science politique de l'UQAM et chercheur au GRIPAL (Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine) et au CRI (Centre de recherche sur les imaginaires). Il travaille à une opérationnalisation de certaines théories politiques contemporaines (liées au tournant linguistique) par une ethnosociologie des discours appliquée à des cas d'actions collectives dans les Amériques.

Résumé: Ernesto Laclau, l'un des plus importants penseurs politiques contemporains, à développé une théorie « discursive » du politique. Dans une perspective « postmarxiste », il entre en débat avec les théories marxistes de l'hégémonie, leur reprochant de réifier la classe et les rapports de production. Assumant pleinement le tournant linguistique en philosophie et dans les sciences sociales, Laclau développe une théorie contingente ou non essentialiste de l'hégémonie au sein de laquelle n'importe quel élément du social (femmes, laissés pour compte, écologie, etc.) peut devenir le sujet de l'histoire s'il parvient à s'ériger en symbole ou signifiant vide d'une chaîne d'équivalences instaurant une frontière antagoniques avec l'(ancien) ordre symbolique hégémonique.

Parfaitement cohérente avec ses principes théoriques, cette conceptualisation du politique se heurte à quelques écueils lorsqu'on cherche à l'appliquer à des situations concrètes. Le séminaire tentera de répondre à ces défis en proposant une opérationnalisation de cette théorie à travers les outils méthodologiques et la perspective épistémologique de la tradition française d'analyse du discours. Cette confrontation entre « théorie et praxis » se fera en discussion avec d'autres philosophes politiques de la contingence – comme Foucault, Castoriadis ou Rancière – en fonction desquels on cherchera à parfaire cette théorie discursive du changement social.


30 mars 2016 : 15h-17h (heure de Louvain-La-Neuve)

Exposé 1

Titre: Analyse du discours de la presse féminine et alternance codique

Conférencier 1: Mirta Desnica, doctorante au CEDITEC, enseignante en linguistique française à l'UPEC. Ses recherches portent sur l'usage de la langue anglaise dans la presse féminine française contemporaine et articulent l'analyse de discours avec la linguistique de l'énonciation, la linguistique textuelle et la sémiotique de la culture.

Exposé 2: Lecture et discussion

Titre: Le discours d'information médiatique comme espace de circulation des dires et de construction d'une mémoire interdiscursive. Autour de la notion de mémoire interdiscursive médiatique introduite par Sophie Moirand.

Conférencier 2 : Émilie Née, maître de conférence en sciences du langage, ses recherches se situent à l'articulation de l'analyse de discours, de la linguistique de corpus et de la sémantique. Elle interroge textes et discours pour en faire émerger des régularités, des normes, des pratiques discursives et langagières, voire des « routines » propres à un genre, à un discours ou à une pratique professionnelle.

Lectures proposées :

Moirand, S. (2007), Chapitre IV – Mémoires et Médias, in Moirand, S. (2007), Le discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris : PUF, p. 115-156.

Moirand, S. (2007), « Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l'allusion dans la presse », Corela, Hors-série – 6 « Cognition, discours, contextes »


13 avril 2016 : 15h-17h (heure de Bruxelles)

Titre : Le modèle de l'“entreprise transfrontalière” en eurorégions : installation du paradigme dans le discours économique

Conférencière : Marie-Hélène Hermand. Enseignante en Lettres et Langues à l'Université de Poitiers, doctorante à l'ULB, elle travaille sur de grands corpus multilingues et lemmatisés avec notamment l'aide de TXM.

Résumé : À la fois symboles et témoins de la politique communautaire menée depuis les années 1990 en faveur de la régionalisation, les eurorégions suscitent divers discours qui préfigurent l'installation d'une gouvernance transfrontalière en Europe.

En focalisant l'attention sur les discours produits par des chefs d'entreprises implantées en eurorégions, par des représentants de chambres de commerce transfrontalières et par des sociétés d'audit, il sera question de montrer comment les acteurs économiques s'emparent du projet politique expérimental de développement des eurorégions.

Il s'agira en particulier à l'installation du paradigme de l' "entreprise transfrontalière" dans la formation discursive eurorégionale. En effet, ce “modèle hybride” d'entreprise ne surgit pas par hasard dans le discours : il contribue à légitimer des territoires en quête de reconnaissance et s'inscrit en complément du paradigme de la “suppression des frontières nationales” déjà observé dans le volet institutionnel de la formation discursive.

L'analyse s'appuie sur un corpus multilingue permettant de voyager dans l'espace européen et multigenre afin de disposer d'une large représentation d'énonciateurs. D'ampleur trop vaste pour un traitement manuel, le corpus nécessite un outillage qui optimise sa manipulation. L'analyse se veut qualitative mais nourrie par des résultats textométriques. À cette fin, elle mobilise une plateforme combinant l'analyseur morphosyntaxique TreeTagger (fourni par l'université de Stuttgart) et une base de données (SQLite-Perl) développée et optimisée pour les besoins de la recherche.

Modalités de participation et inscription

Pour ce qui concerne la participation belge, il est nécessaire de vous inscrire pour chacune des conférences auprès de Corinne Gobin ET Marie-Line Furst en communiquant vos noms, Université et titre (doctorant, chercheur, professeur,…). La petitesse de la salle limite en effet le nombre de places (12), d'où l'obligation de s'inscrire. La participation est gratuite. Nous avons envoyé ce programme auprès de plusieurs écoles doctorales de la Communauté française pour que la participation à ce programme puisse être valorisée dans le cadre de la formation doctorale.

Lieu et accès

Les trois premières conférences se donneront à l'Université catholique de Louvain à la salle b324 dans les halles universitaires, place de l'Université. Pour se rendre à Louvain-la-Neuve :

  • en train via Ottignies (voir site de la SNCB) ; attention bien prendre un train vers Louvain-la-Neuve et non vers Louvain (Leuven) qui se trouve en Flandre.
  • en voiture: prendre l'autoroute E411 sortie 8a (LLN centre) en venant de Bruxelles (arrivée via le Boulevard de la Wallonie voir ce plan).

La rencontre aura lieu dans le bâtiment des Halles universitaires (v. cadre rouge dans le plan). L'entrée se fait par la Place de l'université (v. flèche dans le plan). Pour ceux qui viennent en train, il se trouve juste à droite de la gare quand on quitte les quais. Si vous venez en voiture, le plus simple est de vous garer aux parkings Accueil, Charlemagne ou Grand Rue. Vous devez ensuite monter jusqu'à la partie piétonne de la ville (en surplomb de la route) et vous dirigez vers les Halles.

Une fois dans le bâtiment vous devez vous rendre dans le local b.324. Il se trouve dans l'aile b, au 3e étage. Quand vous entrez dans les Halles, une fois dans le couloir principal, l'aile b se trouve à votre gauche au début du couloir. Une fois arrivé-e au 3e étage, vous trouverez le local n°24 comme on trouve les maisons dans une rue.

En cas de problème, vous pouvez joindre Philippe Hambye au 0472 810 420.

La quatrième conférence se donnera à l'Université libre de Bruxelles à la salle UB2 129 (bâtiment U porte B 2e niveau local 129, un fléchage à l'intérieur du bâtiment renvoie vers la salle de visio-conférence.)

Ce contenu a été publié dans 2015-2016, Méthodologies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.