Cycle de visio-conférences en analyse de discours

FRIANDIS : Réseau Francophone International en Analyse de DIScours

Quatrième édition, 2019

Conçu dans une perspective interdisciplinaire et méthodologique, ce cycle de rencontres virtuelles s'adresse aux professeurs, aux chercheurs ainsi qu'aux étudiants de 3ième cycles intéressés par le spectre des études du discours.

Afin de permettre au plus grand nombre de participer aux échanges, les rencontres se déroulent par visio-conférence, simultanément dans 3 pays et chaque fois dans 4 à 9 universités de 16h30 à 18h30, heure de Paris et de 10h30 à 12h30, heure de Montréal (sauf dans le cas du 27 mars où dans le cas du Québec, la conférence aura lieu de 11h30 à 13h30, lié aux différences de changement d’heure d’été).

Les responsables scientifiques de chaque pôle sont :

Canada

  • Université du Québec à Montréal : Élias Rizkallah et Ricardo Peñafiel
  • Université de Sherbrooke: Karine Collette
  • Université du Québec en Outaouais: Dimitri della Faille

France

  • Université Paris-Est Créteil : Claire Oger
  • Université de Picardie Jules Verne : Thierry Guilbert
  • Université de Toulouse Paul Sabatier : Pascal Marchand

Belgique

  • Université libre de Bruxelles: Corinne Gobin
  • Université catholique de Louvain : Philippe Hambye
  • Université de Liège : Dominique Longree

Programme de visio-conférences  de 2019

Quand Les Échos nous conte la "crise grecque" en 2010. mythe et récit contemporains

Visio-conférence de Thierry Guilbert le 27 mars 2019

Je propose de revisiter un travail mêlant plusieurs approches – l’analyse du discours, la sémiologie du conte (Propp, Greimas) et le mythe (Barthes) – à la lumière de lectures et de travaux plus récents. Dans le papier publié en 2017 (in Contantopoulou, Récits de la crise, L’Harmattan), il s’agissait de comprendre comment Les Échos avaient conté la « crise grecque » et comment ce récit, en mobilisant des cadres d’interprétation préexistants, visait à imposer des normes de conduites aux lecteurs. Les éléments du papier (problématique, corpus, cadre théorique et analyses) présentés dans cette conférence seront discutés au regard de faits sociohistoriques plus globaux : l’utilisation centrale de la « crise grecque » dans la généralisation des politiques austéritaires (Irwin 2013 ; Krugman 2013 ; Tooze 2018) et, plus généralement, de la crise comme « méthode de gouvernement » (Lignes 2009) ; le rôle discursif de la BCE (Guilbert & Lebaron 2017, 2019) ; l’inscription de la gouvernementalité néolibérale dans le projet européen (Foucault 2004).

Thierry Guilbert est maître de conférence-HDR en analyse du discours à l’Université de Picardie Jules Verne et au CURAPP-ESS (UMR 7319). Il a publié notamment L’« évidence » du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite (2011, éd. du Croquant).

 

Plus-values heuristiques de l'Intelligence artificielle appliquée aux textes. De quelques exemples sur les discours d'Emmanuel Macron

Visio-conférence de Damon Mayaffre le 24 avril 2019

Cette présentation cherche à éclairer le mystère Macron qui est avant tout un mystère du verbe : l'analyse systématique de ses discours doit permettre de comprendre un homme dont la politique est évidente mais la parole complexe. Nous nous appuierons sur des sorties-machines issues de la Logométrie et de l'Intelligence artificielle afin d'en mesurer la plus-value heuristique en SHS (analyse du discours, sociologie politique, histoire, linguistique, etc.). L'ordinateur sait reconnaitre Emmanuel Macron de ses prédécesseurs à l'Elysée de De Gaulle à Hollande, de Mitterrand à Sarkozy, mais sur quels observables linguistiques (mots, syntagmes, co-occurrences, etc.) s'appuie-t-il pour discriminer ainsi l'actuel président français ? Les algorithmes de deep learning savent aujourd'hui « parler le Macron », mais quels traits linguistiques (codes grammaticaux, lemmes, motifs) reprennent-ils pour imiter ainsi son discours ?

Damon Mayaffre est chercheur au CNRS à Nice (UMR 7320, Bases, Corpus, Langage) ; il est l'auteur de Mesure et démesure du discours. Nicolas Sarkozy (2007-2012), Paris, Presses de Sciences Po, 2012 et Le discours présidentiel sous la Vème République. Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

 

Représentations et construction des images du quartier : une approche contrastive de corpus de presse aux ancrages territoriaux pluriels

Visio-conférence de Natacha Souillard le 15 mai 2019

La conférencière propose de mettre en perspective l’apport de méthodes d’analyse statistiques de données textuelles pour l’appréhension des multiples représentations du « quartier » en tant qu’objet discursif, étudiées à partir d’une approche contrastive de trois corpus de presse différents. Les deux premiers corpus sont composés d’articles extraits de la Presse Quotidienne Nationale et Régionale (PQN et PQR) françaises en ayant recours à des mots clés. Le troisième corpus est composé des éditions de dix journaux et bulletins associatifs de quartiers toulousains. Ces articles et titres collectés suivent une temporalité variable et ont un ancrage territorial différent, la collecte et l’approche contrastive de ces trois corpus soulèvent ainsi des enjeux méthodologiques particuliers. L’analyse permet cependant de mettre en évidence, par un effet de loupe, les différents processus et logiques de médiatisation qui contribuent à la création des images d’une composante urbaine, le quartier, et de ses habitants, entre discours et contre-discours.

Natacha Souillard est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). Elle a effectué une thèse mettant en relation la gouvernance et la participation citoyenne en contexte local, à partir d’une approche communicationnelle de dispositifs participatifs, sous la direction de Pascal Marchand, au sein du LERASS (Laboratoire de Recherches et d’Études Appliquées en Sciences Sociales), à l’Université Toulouse 3 Paul Sabatier.

 

Repérer les reliefs d’une surface discursive aplanie ? Exploration textométrique du discours de la Banque Centrale Européenne (1998-2018)

Visio-conférence de Virginie Lethier le 26 juin 2019 postposée à la prochaine édition du cycle

A l’interface du discours institutionnel et du discours spécialisé, le discours de la Banque Centrale Européenne (BCE) est un discours à l’apparence aussi technique que lisse. Dans quelles mesures et sous quelles conditions une approche textométrique de ces productions discursives permet-elle de nourrir une approche discursive fine de ce discours ? Pour ouvrir cette discussion méthodologique, nous rendrons compte de quelques parcours d’exploration menés sur différents corpus constitués en vue de sonder les évolutions de la BCE de 1998 à 2018. En l’occurrence, nous nous appuierons sur des données textuelles de genres variés (allocutions, rapports, etc.) produites en langue française ou en langue anglaise. Quels points de rupture, quelles variations remarquables par leur caractère différentiel se donnent à lire dans chacun de ces corpus diachroniques ? Quels observables linguistiques permettent de mettre au jour ces variations ?

Virginie Lethier est maître de conférences en Sciences du langage à l’université de Franche-Comté (Laboratoire ELLIADD, Editions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours). Après une première série de recherches sur le discours médiatique, ses travaux se focalisent aujourd’hui sur les discours institutionnels.

Modalités pratiques

Les étudiant(e)s de la Communauté française de Belgique intéressé(e)s prennent contact pour s’inscrire soit avec le professeur Dominique Longree de l’Université de Liège soit avec Corinne Gobin de l’Université libre de Bruxelles.

Les sites de visio-conférences seront pour ce programme 2019 situés à l’ULg et à l’UCL.

Contact, inscription et information :

Ce contenu a été publié dans 2018-2019, Méthodologies. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.