Introduction à l’analyse de discours

Deux journées de formation à destination des jeunes chercheur·e·s en sciences sociales et humaines
Organisées par TRANSFO – Research Center for Social Change, ULB-Charleroi.

Dates et lieu

17 et 18 janvier 2022, de 12h à 18h
CampusUCharleroi (local à déterminer)

Contenu et objectifs

Ces deux journées de formation ont pour objectif de fournir à un public interdisciplinaire de jeunes chercheur·e·s (politistes, sociologues, juristes, anthropologues, historiens et autres) une introduction générale à l'analyse de discours (AD). Discipline à part entière pour certains, simple méthode ou outil pour d'autres, l'analyse de discours sera ici envisagée comme une approche ou une posture spécifique en sciences sociales : elle suppose une posture épistémologique particulière et recouvre des méthodes et outils très différents (quantitatifs et qualitatifs), mais peut être mobilisée à partir de regards disciplinaires variés. La formation sera subdivisée en quatre modules de deux heures (voir programme ci-dessous).

Organisateurs et intervenants 

La formation est organisée principalement par l’unité de recherche interdisciplinaire TRANSFO – Research Center for Social Change, basée à Charleroi.
Responsable académique: Caroline Close

La formation sera animée par Arthur Borriello

Comité d’organisation 

  • Caroline Close, ULB
  • Laura Calabrese, ULB 
  • François Debras, ULiège 
  • Jérémy Dodeigne, UNamur
  • Geoffrey Grandjean, ULiège
  • Philippe Hambye, UCL
  • Manon Libert, UMons 

Inscriptions

Inscriptions jusqu’au 20 novembre 2021 via ce lien

PROGRAMME

JOUR 1 – LUNDI 17 JANVIER 2022 – 12h-18h

12h-13h15 Welcome lunch
13h30-15h30 Module 1 – Préambule philosophique
  L'AD présuppose, en amont, une prise en compte des questions relatives au statut du langage et de la réalité sociale. Qu’est-ce que le langage ? Comment détermine-t-il notre rapport au monde et à la connaissance ? Cette première séance vise à transmettre une certaine "sensibilité" à la question du discours.
15h30-16h Pause-café
16h-18h Module 2 – Les théories et traditions de recherche
  L'AD recouvre de nombreuses traditions théoriques plus ou moins complémentaires qui se sont progressivement structurées et font aujourd'hui la richesse de cette approche. Trois des plus importantes d'entre elles seront présentées : l'école française, la critical discourse analysis et l'approche post-structuraliste.

JOUR 2 – MARDI 18 JANVIER 2022 – 12h30-18h

12h30-13h30 Lunch convivial
13h30-15h30 Module 3 – Les principaux concepts
  Cette séance vise à définir et expliquer quelques concepts centraux de l'AD : le discours, la langue et la parole ; l'énoncé, le sujet énonciatif et le contexte d’énonciation ; l'acte de langage; les unités de base d'une analyse de discours, etc.
15h30-16h Pause-café
16h-18h Module 4 – La lexicométrie comme outil
  Cette séance vise à familiariser le public avec l'un des outils privilégiés dans l'analyse de discours, en particulier dans l'école française : la lexicométrie. Il s'agira d'en expliquer l'intérêt et les principales fonctionnalités, ainsi que de montrer comment cet outil peut être mobilisé dans le cadre d'une démarche de recherche en sciences sociales.
18h Drink de clôture
Publié dans 2021-2022, Méthodologies | Commentaires fermés sur Introduction à l’analyse de discours

Mères incarcérées, quelle prise en charge des liens familiaux ? Entre contrôle institutionnel et stratégies de résistance au féminin

Webinaire organisé par l’ULiege et l’Université Centrale d’Equateur

Vendredi 15 janvierNouvelle date : 5 mars, 14h00 – 16h00

En Amérique latine comme en Europe, l’image de la « femme déviante », celle qui a enfreint la loi et la norme sociale est doublement suspecte. L’expérience carcérale dépasse alors la simple privation de liberté et entraîne d’autres peines pour les femmes mais aussi pour leurs proches (Aguirre 2010 ; Cardi 2014 ; Coba 2015). Le contrôle des familles, légitimé par l’« intérêt supérieur de l’enfant » ou par l’identification d’une famille « dysfonctionnelle », contribue à un élargissement du système punitif, qui s’étend aux tissus familiaux et sociaux, dans des contextes marqués par la pauvreté.

Ce webinaire vise à rendre compte des stratégies institutionnelles et autogérées qui régulent l’incarcération des mères et la prise en charge des liens familiaux en Équateur et en Belgique. Comment l’État et l’administration problématisent-ils ces situations ? Comment les liens locaux/non reconnus/non pris en compte permettent-ils de maintenir les réseaux du care et de la reproduction malgré l’incarcération d’une ou plusieurs membres de leurs familles (Aguirre et Coba 2017) ? Et comment les femmes /inventent-elles des manières de résister à l’isolement et au déchirement de ces liens ?

Par ce webinaire, nous proposons de faire dialoguer les phénomènes de criminalisation et de résistances des femmes en Équateur et en Belgique afin de mettre en lumière les situations d’action organisée auxquelles elles donnent lieu. Ce webinaire reposera sur deux présentations de Typhaine Léon (Université Centrale d’Equateur) et de Salim Megherbi (Helmo/ULiege), une discussion par Corinne Rostaing (Université de Lyon 2) et un débat avec les participants.

Intervenants

  • Typhaine Léon, Université Centrale d’Équateur : « Stratégies du maintien les liens familiaux des mères incarcérées face à l’élargissement du pouvoir punitif à Quito depuis 19801 ».
  • Salim Megherbi, Helmo, Université de Liège : « Des enfants en prison avec leur mère : analyse d’une prise en charge institutionnelle ».

Discutant : Corinne Rostaing (Université Lyon 2).

Modérateur : Christophe Dubois (ULiege).

 

Comité d’organisation

Pierre Desmarez (ULB), Philippe Scieur (UCLouvain), Marc Zune (UCLouvain), Christophe Dubois (ULiege) et Frédéric Schoenaers (ULiege).

Inscriptions

Contacter Christophe Dubois avant le 1/03/2021 (le lien du webinaire vous sera envoyé en guise de confirmation).

Publié dans 2020-2021, Sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective organisée | Commentaires fermés sur Mères incarcérées, quelle prise en charge des liens familiaux ? Entre contrôle institutionnel et stratégies de résistance au féminin

Découvrir la recherche qualitative par la pratique

La description complète et les modalités d'inscription apparaissent sur le site de l’école doctorale en sciences de gestion.

Publié dans 2020-2021, Méthodologies | Commentaires fermés sur Découvrir la recherche qualitative par la pratique

Cycle de visio-conférences en analyse de discours

FRIANDIS : Réseau Francophone International en Analyse de DIScours – 5ème édition

Circonstances exceptionnelles

L’ensemble du cycle est reporté à une période ultérieure. Dès que les nouvelles dates seront arrêtées, elles seront publiées sur cette page.

Conçu dans une perspective transdisciplinaire et méthodologique, ce cycle de rencontres virtuelles s'adresse aux professeurs, aux chercheurs ainsi qu'aux étudiants de 3ième cycles intéressés par le spectre des études du discours.
Afin de permettre au plus grand nombre de participer aux échanges, les rencontres se déroulent par visioconférence, simultanément dans 3 pays, au sein d’un réseau interconnecté impliquant des sites universitaires (connexion collective) ou des connexions individuelles de chercheur(e)s.
Ces visioconférences se tiennent les mercredis de 15h30 à 17h30 (heure de Paris) et de 9h30 à 11h30 (heure de Montréal).
N.B. à cause du changement de l’heure d’été au Canada avant celle de l’Europe, les deux séances en mars 2020 se tiendront de 10h30 à 12h30 (heure de Montréal) et à l’horaire habituel de 15h30 à 17h30 (heure de paris).

Les responsables scientifiques du réseau sont :

  • Dimitri della Faille, UQO, dimitri.dellaFaille@uqo.ca
  • Corinne Gobin, ULB, cogobin@ulb.ac.be
  • Thierry Guilbert, U Picardie, thierry.guilbert@u-picardie.fr
  • Dominique Longree, Ulg, dominique.longree@uliege.be
  • Claire Oger, UPEC, claire.oger@u-pec.fr
  • Elias Rizkallah, UQAM, rizkallah.elias@uqam.ca

Les pôles universitaires de diffusion :

Canada

  • Université du Québec à Montréal : Élias Rizkallah
  • Université de Sherbrooke: Karine Collette
  • Université du Québec en Outaouais: Dimitri della Faille

France

  • Université Paris-Est Créteil : Claire Oger
  • Université de Picardie : Thierry Guilbert
  • Université de Toulouse III : Lucie Loubère

Belgique

  • Université de Liège : Dominique Longree
  • Université catholique de Louvain : Corinne Gobin et Philippe Hambye
Situation exceptionnelle

Suivant les années et/où les conférences, c’est un des pôles de rediffusion de la visio-conférence dans une université particulière du réseau qui se charge de la gestion de l’interconnexion pour tout le réseau.
Ce premier semestre 2020, les chercheurs/responsables des pôles français sont fortement investis dans une grève contre un ensemble de projets de loi, de lois déjà adoptées ou en cours de l’être (projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), loi Blanquer, projet de loi sur les retraites) qui s’attaquent en profondeur aux conditions de travail, au contenu de l’enseignement et de la recherche et aux conditions de retraite des enseignants et des chercheurs. Tous les niveaux du personnel de l’Éducation nationaleseraient touchés. Les responsables du réseau FRIANDIS sont totalement solidaires avec nos collègues français en grève et en lutte contre ces lois régressives.
Vous trouverez ici des informations.
Si la grève se poursuit, nos collègues et conférenciers français, boycotteront leur Université et se connecteront de façon individuelle, relayés par les Universités belges et /ou québécoises. La diffusion du programme reste cependant assurée.

Le calendrier des visio-conférences

Visio-conférence de EDITH SALES-WUILLEMIN (Université de Bourgogne Franche-Comté). «Quels indicateurs langagiers pour mesurer les représentations sociales et les attitudes?» [10h30 à 12h30 (heure de Montréal) et 15h30 à 17h30 (heure de Paris)]
Si certains auteurs ont cherché à articuler les concepts de Représentations sociales et d'Attitudes (e.g. Jaspar & Fraser, 1984; Fraser, 1994; Rouquette, 1996, 1998, 2009; Juarez & Rouquette, 2007 …), il faut convenir que ces deux champs théoriques ont pris des directions divergentes. Après avoir rapidement présenté ces travaux, nous montrerons que l'analyse de discours, confrontée au matériau linguistique, a permis d'apporter des réponses concrètes en ce qui concerne les différences existant entre l'analyse des modes de représentation d'un objet et l'analyse des modes d'évaluation de cet objet. Nous concluons par une présentation de ces deux niveaux d'analyse illustrée à travers l'étude d'un petit corpus de texte.

 

29 avril 2020. Visio-conférence de PIERRE AIGOUY-CAMPOY (Université de Toulouse III) « Les mots de la langue néolibérale : pour une lexicologie critique » [15h30 à 17h30 (heure de Paris) et de 9h30 à 11h30 (heure de Montréal)]
Notre étude porte sur le lexique propre à l'idéologie néolibérale dans le discours parlementaire. Notre corpus est constitué des débats en séance plénière à l'Assemblée Nationale entre 1998 et 2019. Nous formulons l'hypothèse que le lexique porte en lui une certaine vision du monde. Nous commençons par choisir trois « termes pivots » caractéristiques du discours politique néolibéral : compétitivité, flexibilité, gouvernance. Il s'agit ensuite de récolter dans les discours les mots qui leur sont co-occurrents afin de constituer un répertoire. Les termes de ce répertoire sont ensuite confrontés à la littérature scientifique afin d'établir leur généalogie dans la pensée néolibérale. L'analyse approfondie de ce vocabulaire nous permettra de mettre au jour l'imaginaire qui sous-tend le discours politique néolibéral et ses référents symboliques récurrents. Il s'agit donc de reconstituer à partir du lexique un édifice de représentations et d'idéaux. La question à laquelle nous cherchons à répondre est la suivante : Qu'est-ce que ce lexique nous dit de l'idéologie néolibérale ?

6 mai 2020. Visio-conférence de FRANCOIS FECTEAU (Université libre de Bruxelles). « Capter l’insertion et le développement de l’imaginaire néo-libéral dans le rapport entre l’État, le champ de l’enseignement supérieur et le champ économique : mobiliser les méthodes quantitatives et qualitatives de l’analyse critique du discours pour donner chair aux concepts de l’Interdiscours et du nœud discursif » [15h30 à 17h30 (heure de Paris) et de 9h30 à 11h30 (heure de Montréal)]
Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous avons analysé l’évolution de l’institution l’imaginaire néolibéral dans le rapport entre l’État, le champ de l’enseignement supérieur et le champ économique par l’analyse des débats parlementaires. Ces débats parlementaires, ciblés pour trois contextes nationaux (France, Communauté française de Belgique et Québec) de1980 à 2013, ont été analysés par le recours aux outils statistiques avec le logiciel TXM (index hiérarchique, analyse factorielle de correspondances, spécificités, concordances et cooccurrences). Par la complémentarité de l’analyse quantitative et qualitative, nous avons procédé à un travail d’identification des moments d’émergence des nœuds discursifs (Rear et Jones, 2013 ; Žižek, 2008) à travers lesquels sont réinterprétés les enjeux historiques dans chaque contexte national. La comparaison des trajectoires discursives de chaque contexte national nous a ensuite permis de caractériser l’interdiscours ( Pêcheux, 1975) par lequel l’idéologique néolibérale, à travers un jeu de recontextualisation (Chouliaraki et Fairclough, 1999), parvient à s’immiscer dans l’imaginaire du rôle des universités dans la société.

13 Mai 2020. Visio-conférence de ELIAS RIZKALLAH (Université du Québec à Montréal), discutant : Dominique Longree (Université de Liège). « L’annotation sémantique : considérations sur son statut méthodologique et épistémologique en AD (école française) assistée par ordinateur. » [15h30 à 17h30 (heure de Paris) et de 9h30 à 11h30 (heure de Montréal)]
Traditionnellement dans l’AD à la française, le statut des annotations de texte est particulièrement peu élogieux, souvent associées aux problèmes épistémologiques (Gardin, 1974; Henry & Moscovici, 1968) ou méthodologiques (Pêcheux, 1969; Robin, 1973) de l’analyse de contenu, et plus récemment de la recherche qualitative (Fairclough, 1992; Maingueneau, 2012), où il s’agit surtout d’annotations de types sémantiques. Même si les annotations de type morphosyntaxique sont plus légitimées en AD et en ADT à la française, il persiste une suspicion non négligeable en ce qui a trait aux annotations sémantiques. Récemment, quelques écrits ont vanté principalement les qualités pragmatiques et heuristiques des annotations sémantiques (Lebart, Pincemin & Poudat, 2019; Née & Fleury, 2017; Poudat & Landragin, 2017) ainsi que leurs rôles prépondérants dans l’apprentissage machine. La présentation tentera de revenir sur ce débat sur le plan épistémologique et méthodologique dans un contexte d'assistance par ordinateur. À titre indicatif, seraient ainsi abordées quelques aspects de l’annotation sémantique, comme la validité de la connaissance qui en est issue, le statut et la dynamique entre texte/parole, annotation et analyste ainsi que les caractéristiques formelles de ces annotations (cardinalités annotation-texte, exhaustivité d’assignation, agrégation hiérarchique des annotations, etc.) et de leur construction (a priori ou a posteriori).

27 mai 2020 Visio-conférence de RACHELE RAUS (Université de Turin) « La traduction du discours néolibéral dans les institutions européennes (FR/EN) : vers un capitalisme de surveillance ? ». [15h30 à 17h30 (heure de Paris) et de 9h30 à 11h30 (heure de Montréal)]
À partir d’exemples tirés des discours des institutions de l’Union européenne, notamment le Parlement (PE) et la Commission (CE), il s’agira de présenter une recherche en cours portant sur les discours néolibéraux en traduction interlinguistique (en anglais et en français). À la croisée de plusieurs types de discours – institutionnel (Krieg-Planque 2012, Gobin & Cussò 2008), diplomatique (Pascual 2002, Villard 2005, 2007) et juridique (Cornu 1991, Damette 2007) –, les discours du PE et de la CE se caractérisent par la présence d’une rhétorique spécifique (Gobin-Deroubaix 2010) et par la présence d’une novlangue, la « langue de coton» (Huyghe 1991, Steiner 2002, Perrot 2002), incarnée, dans ce cas précis, par l’« Eurojargon » (Goffin 2005 ; Raus 2013, 2018). La narration économique constamment présente dans ces discours, et qui est naturalisée par l’« effet d’évidence » (Guilbert 2011), semble de plus en plus virer vers un discours incorporant le citoyen européen à ce que Shoshana Zuboff (2019) a défini un « capitalisme de surveillance ». Dans ce cadre, il s’agira de montrer quel rôle la traduction peut jouer pour résister à la diffusion de ce discours et de proposer un protocole d’accord entre discourse studies et post-translation studies.

Modalités pratiques

Les conférences sont ouvertes à toutes/tous et gratuites.

Pour assister à une visio-conférence en Belgique, deux sites universitaires assurent la diffusion.
Toutes les conférences annoncées (à l'exception de celle du 6 mai) seront diffusées par l’Université de Liège (centre ville) à la salle informatique de Philosophie et Lettres, Bâtiment A4, Quai Roosevelt, 1B B-4000 Liège
Si vous voulez y assister, veillez vous annoncer préalablement auprès du professeur Dominique Longrée (dominique.longree@uliege.be).

Certaines conférences seront diffusées aussi par l’Université catholique de Louvain sur le site de Louvain-la-Neuve :

  • celle du 6 mai: Place des sciences, bibliothèque des sciences et technologies, local de visioconférence ;
  • celle du 13 mai: Auditoires Doyens, Place des Doyens, local : Doyen 21.

Prière de prendre contact préalablement avec Corinne Gobin (cogobin@ulb.ac.be) si vous désirez y assister.

Publié dans 2019-2020, Méthodologies | Commentaires fermés sur Cycle de visio-conférences en analyse de discours

Pour une socio-anthropologie de l’enchantement ?

Circonstances exceptionnelles

Cette Journée d’étude internationale est reportée à une date ultérieure. Dès que la nouvelle date sera arrêtée, elle sera publiée sur cette page.

Date et lieu

Mardi 28 avril 2020 – Université libre de Bruxelles

Lieu : Institut de Sociologie, Avenue Jeanne 44 – 1050 Bruxelles
15ème niveau – Salle Henri Janne

Programme

9h30 Nathalie Zaccaï-Reyners (ULB) : accueil et ouverture
10h00 Nicolas Tixier (Université Grenoble Alpes, CRESSON) « Le quotidien en projet. Héritages/Fictions »
10h30 Yves Winkin (ULiège) « Au coeur de l’enchantement : la dénégation. Relire Mannoni »
11h00 Pause
11h15 Discussion introduite par Marion Hendrickx (Lille) et Céline Quellet (ULB)
12h00 Pause déjeuner
14h00 Catherine Bourgeois (ULB) et Rachel Brahy (ULiège) : accueil et ouverture
14h30 Jean-Paul Thibaud (Université Grenoble Alpes, CRESSON) « La sensibilité comme enjeu écologique »
15h00 Véronique Servais (ULiège) « L’enchantement dans la rencontre avec le vivant »
15h30 Pause
15h45 Discussion introduite par Robin Susswein (USLB) et Edgar Tasia (ULB)
17h00 Clôture

Comité d’organisation

  • Rachel Brahy (FNRS/ULiège)
  • Nathalie Zaccaï-Reyners (FNRS/ULB)

Renseignements et inscription

Stéphanie Cols : Stephanie.Cols@ulb.be – 026503407 – http://grap.ulb.ac.be/

Publié dans 2019-2020 | Commentaires fermés sur Pour une socio-anthropologie de l’enchantement ?

Arpenter des terrains de recherches… et d’engagements !

ULiège, Faculté des Sciences Sociales, Salle du Conseil, 6-7 février 2020

«Votre recherche, ça sert à quoi?» Les chercheurs en sciences sociales entendentfréquemmentcette question, ils se débattent souvent en invoquant de possibles utilisations, politiques, économiques,… De tout temps, la liberté du chercheur a été éprouvée par des attentes utilitaristes. Spontanément, les chercheurs eux-mêmes s’inquiètent de se sentir «utiles», de servir un intérêt…commun. Ce colloque international, ouvert au grand public tout en étant aux prises avec les préoccupations de chercheurs universitaires (doctorants, post-doctorants, scientifiques, académiques), entend visiter un point d’équilibre, une ligne de crête: ces façons d’être, de faire et de travailler qu’ont expérimentées, avec d’autres, divers chercheurs pour s’engageret tenir leurs engagements. Plus exactement, la posture explorée ici considère la pensée critique comme une affaire de sensibilités, d’affections et d’attachements. En rupture avec un certain cartésianisme (parfois partagé par les mondes de la recherche ou de la militance), il s’agit d’envisager une recherche en actesoù la pluralité des régimes de justification côtoie celle des régimes d’engagement. Une rencontre où il est possible de repenser l’utilité des sciences sociales en ouvrant la discussion à l’ambigüe «utilité de l’inutile» (Ordine, 2012).

Inscription non obligatoire, mais souhaitée via la Maison des Sciences de l’Homme

Comité scientifique

  • Rachel Brahy, Université de Liège
  • Frédéric Schoenaers, Université de Liège
  • Didier Vrancken, Université de Liège
  • Sophie Thunus, Université Catholique de Louvain

Comité d’organisation

  • Laura Beuker (ULiège)
  • Rachel Brahy (ULiège)
  • Sophie Thunus (UCLouvain)
  • Vanessa Hamoir (ULiège)
  • Alexia Mainjot (ULiège)

Programme

Jeudi 6 février 2020 – Parcours et Sensibilités (matinée)

9h30-10h30 Conférence inaugurale : Laurent Thévenot (EHESS-Paris, centre Simmel)
Se saisir, être saisi : façons de s'engager et sciences de l'être humain
  Pause café
11h00-11h30 Laura Silva-Castaneda (chercheuse in-terre-dépendante)
Le lien à la terre : d’une « problématique » de recherche à un engagement intime et politique
11h30-12h00 Guy Massart (Songes asbl, ULiège) L’intranquillité et la dissolution d’un anthropologue impliqué. Des masculinités à l’art en passant par la politique
12h30 Lunch

Collaborations et expérimentations communes (après-midi)

14h-14h30 Marc Breviglieri (HES.SO/HETS-Genève et ENSAG/CRESSON) Livrer l'étudiant.e au monde du dehors
14h30-15h30 Mathieu Berger (UCLouvain/Metrolab) et Julien Charles (CESEP, UCLouvain) L’enquête sociale et son mandat : deux expérimentations bruxelloises
15h30-16h00 Luca Pattaroni (EPFL/Ressources Urbaines) Politique du pérenne : une coopérative pour ouvrir les possibles dans la ville asphyxiée
  Pause café
16h30-17h30 Véronique Servais (ULiège) et Pietro Varrasso (ESACT) Engager son corps vivant. Expériences artistiques et pédagogiques
17h30-17h35 Wim Lots, Ecoute, composition musicale
17h45-18h30 (Non)-Clôture
Rachel Brahy (ULiège) et Didier Vrancken (ULiège) Que faire et que dire des restes de l’enquête sociologique ?

Vendredi 7 février 2020

Ethique de la recherche et engagements

9h-9h30 Jean-Louis Genard (ULB) Lorsque l'éthique de la recherche interroge l'exigence de neutralisation axiologique
9h30-10h Marta Roca i Escoda (UNIL) Les composantes éthiques des interactions dans l’enquête
10h-10h30 Sophie Thunus (UCLouvain) Le cas de l'inclusion sociale des usagers des soins de santé mentale en Région Bruxelles-Capitale : cadrage, mesure et expression d'un sujet de recherche
  Pause café

Regards croisés sur des recherches doctorales

11h-11h30 Nicolas Jacquet (ULiège, UGand), Concilier approche de terrain et expertise scientifique, vers des pratiques professionnelles selon le modèle "evidence based practices"
Discuté par Marc Breviglieri (HES.SO/HETS-Genève et ENSAG/CRESSON)
11h30-12h00 Carole Heather Walker (UCLouvain), Tensions éthiques lors de la conception d’une recherche relative à l’influence des origines socio-culturelles sur l’accès aux soins de santé
Discuté par Marta Roca i Escoda (UNIL)
12h-12h30 Pavel Kunysz (ULiège), Retourner sur le terrain : ambiguïtés d'un engagement scientifique, politique et personnel
Discuté par Luca Pattaroni (EPFL)
13h Lunch
Publié dans 2019-2020 | Commentaires fermés sur Arpenter des terrains de recherches… et d’engagements !

Engagements et passions, au cœur du social

La 11e université d'été du Rédoc prévue à Paris (France), du 8 au 12 juin 2020, est annulée en raison de la pandémie de Covid-19.

Appel et dépôt des candidatures des doctorant-e-s entre le 30 septembre au 22 novembre 2019.

En savoir plus : site du RéDoc

Publié dans 2019-2020 | Commentaires fermés sur Engagements et passions, au cœur du social

Doing Cool Work: Studying the Production of Taste in Masters of Craft

Dans le cadre de l’EDTSS et du séminaire général portant sur la sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective, nous recevrons Richard Ocejo, professeur de sociologie à la City University of New York, le mercredi 13 novembre 2019 de 10h30 à 13h00 à l’UCLouvain (local Leclercq 54, place Montesquieu). Son intervention sera intitulée « Doing Cool Work: Studying the Production of Taste in Masters of Craft »

Richard Ocejo a publié récemment à Princeton University Press un ouvrage intitulé Master of Craft. Old jobs in the new urban economy. Son ouvrage s’appuie sur une enquête ethnographique de 4 ans menée à Manhattan et Brooklyn. Il a étudié, par observation participante et entretiens, les trajectoires et activités de professionnels emblématiques de la renaissance de métiers urbains, comme les barman de bars à cocktail, les distilleries, les barbiers, les bouchers. La particularité est que ces métiers sont réinvestis par des personnes diplômées, qui développent un « répertoire culturel » d’interprétation de l’activité de travail (du geste technique, de son authenticité, des manières de communiquer avec le public), ce qui les transforme en « activités cool », et accompagne la gentrification urbaine. Les analyses qu’il développe permettent de comprendre les phénomènes de gentrification par le développement d’activités professionnelles, de rendre compte du néo-artisanat, de pratiques de consommation culturelle, et plus largement des changements observables du rapport à l’emploi et de la distinction entre travail intellectuel et manuel.

Lors de ce séminaire – qui se tiendra en anglais – , Richard Ocejo développera ses résultats de recherche, et abordera également les enjeux méthodologiques liés au croisement entre ethnographie de la ville et des activités de travail.

La participation à ces conférences pourra être créditée dans votre programme doctoral. Un remboursement des frais de déplacements éventuels pour les doctorants est prévu.

Richard Ocejo participera également le lendemain, le jeudi 14 novembre, au séminaire organisé par le Metrolab autour de la thématique « Urban production ».

Inscription

Pour des raisons logistiques (des sandwiches seront prévus), merci de signaler votre intention de participer à Marc Zune.

Comité d’organisation

  • Pierre Desmarez
  • Philippe Scieur
  • Christophe Dubois
  • Frédéric Schoenaers
  • Marc Zune
Publié dans 2019-2020, Sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective organisée | Commentaires fermés sur Doing Cool Work: Studying the Production of Taste in Masters of Craft

Séminaire doctoral en sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective organisée

Dans le cadre de l’Ecole doctorale thématique en sciences sociales (EDTSS), nous organiserons un séminaire susceptible d’intéresser les doctorant.e.s conduisant des travaux en lien – proche ou indirect – avec des problématiques interrogées par la sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective.

Cette séance de séminaire aura lieu le 16 décembre 2019 (de 14h30 à 18h) à l’ULB (salle Henri Janne, bâtiment S – 15 ème étage au 44 avenue Jeanne – 1050 Bruxelles). Cette séance sera organisée autour de la discussion de papiers proposés par les doctorant.e.s, quel que soit l’état d’avancement de leur travail. Ces papiers, soumis à l’avance (pour le 1er décembre 2019), seront présentés en 15 minutes puis discutés par deux académiques/post-doc, dans un climat de critique constructive, et dans un esprit d’entretien des liens au sein de notre communauté scientifique.

Les frais de déplacement (en train) pourront être remboursés. La présentation d’une communication et l’assistance au séminaire pourront être valorisées en termes de crédits ECTS.

Pour la bonne organisation de ce séminaire, pourriez-vous nous faire savoir, pour le 30/10, votre intention de communication lors de cette journée ? (à adresser à Christophe Dubois : c.dubois@uliege.be).

Le comité d’organisation

  • Pierre Desmarez (ULB)
  • Christophe Dubois (ULg)
  • Philippe Scieur (UCL-Mons)
  • Frédéric Schoenaers (ULg)
  • Marc Zune (UCL-LLN)
Publié dans 2019-2020, Sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective organisée | Commentaires fermés sur Séminaire doctoral en sociologie du travail, de l’emploi et de l’action collective organisée

Découvrir la recherche qualitative par la pratique

Bien que souvent mobilisée en sciences humaines (sciences de gestion, psychologiques et sociales), la recherche qualitative reste mal comprise. Ce séminaire en propose donc une introduction pratique.

La Grounded Theory Method y est présentée comme le cadre générique des approches scientifiques de la recherche qualitative. Cette introduction cède rapidement la place à la réalisation pratique, par les participant-e-s, d’un travail de recherche collectif (en équipe). Cette recherche porte sur un sujet choisi en équipe (ce sujet peut éventuellement correspondre au sujet de thèse d’un-e des membres de l’équipe). L’équipe élabore une problématisation, collecte des matériaux empiriques (entretiens et/ou observations), les analyse, identifie et consulte des articles scientifiques permettant d’approfondir ces analyses et présente les résultats (sur le mode de la communication à un colloque scientifique).

Quand suivre ce séminaire ? Ce séminaire est organisé de manière à permettre à chaque participant-e de progresser, que l’on ait ou non déjà réalisé une recherche qualitative et que l’on envisage (ou pas) d’en réaliser une dans le cadre de la thèse de doctorat.

Dans tous les cas, mieux vaut anticiper ce séminaire que le postposer; l’idéal serait de le suivre en début de thèse. Les participant-e-s sont invité-e-s à bien mesurer l’importante charge de travail nécessaire et à ne pas s’inscrire à la légère.

Le cours est organisé en 6 journées et 3 ateliers intermédiaires:

  1. Première séance : approches qualitatives

     

    • Présentation : la Grounded Theory Method.
    • En équipe : autoanalyse et problématisation.
    • Discussion sur les questions de recherche et la collecte de matériau
  2. Deuxième séance : collecter du matériau empirique (entretiens/observations)

     

    • Présentation : comment conduire un entretien ? (en mode débutant)
    • Discussion : comment adapter le guide d’entretien ? (en mode expert)
  3. Troisième séance : conceptualiser (codage ouvert)

     

    • En équipe : étiquetage des matériaux collectés par les participant-e-s
    • Discussion : difficultés, pièges, solutions, truc et astuces
  4. Premier atelier
  5. Quatrième séance : articuler et conceptualiser (codage axial)

     

    • En équipe : table des propriétés et premières schématisations
    • Partage d’expériences et discussion
  6. Deuxième atelier
  7. Cinquième séance : sélectionner les articulations et intégrer une analyse (codage sélectif)

     

    • En équipe : schématiser, théoriser et rédiger
    • Partage d’expériences et discussion
  8. Troisième atelier
  9. Sixième séance : présentations

Comité d'organisation

  • Laetitia Pozniak (UMons)
  • Christophe Lejeune (ULiège)

Inscription

  • Description complète
  • Le nombre de participant-e-s est limité;
  • La présence à toutes les séances est impérative. Avant de vous inscrire, vérifiez bien (dans votre agenda) que vous êtes en mesure d'être présent(e) à toutes les dates;
  • Mesurez bien l'engagement qu'implique votre inscription. Outre les journées présentées dans l'agenda, il vous faudra travailler plusieurs mois sur une même recherche, avec régularité (un minimum de 20 minutes par jour) et produire un travail équivalent à un article scientifique ou un chapitre de thèse;
  • Comme la recherche est menée en équipe, abandonner en cours de processus n'est pas envisageable;
  • Les inscriptions se réalisent exclusivement via le formulaire en ligne externe.
    Pour l'année 2019-2020, les inscriptions seront ouvertes en deux temps.

     

    • Entre le 21 et le 25 octobre 2019, les inscriptions sont strictement réservées aux doctorant-e-s en sciences de gestion. Toute autre personne qui tenterait de s’inscrire durant la période réservée aux sciences de gestion serait exclue du séminaire.
    • Pour les autres (doctorant-e-s ou non), le formulaire ouvrira pour une deuxième période d'inscription le 28 octobre à 14h, sur une base 'premier-e arrivé-e, premier-e servi-e' (les années précédentes, le séminaire était complet en quelques minutes).
Publié dans 2019-2020, Méthodologies | Commentaires fermés sur Découvrir la recherche qualitative par la pratique